Pourquoi l’amour entre un Blanc et une Noire est-il monstrueux ?

something_new_00

Something New est un film que vous pouvez trouver en streaming américain, posant plusieurs problématiques:

  • la vie amoureuse des femmes noires ayant « réussi »
  • la relation de couple entre un Blanc et une Noire
  • les difficultés à se mettre en couple quand on vient de deux univers différents
  • le choix amoureux et l’influence du regard porté par la famille, les amis, la société

J’ai beaucoup aimé ce film. Principalement parce que le film pose de réelles questions de société et de valeurs.

On pourrait penser que ça fait vieux jeu de se poser de telles questions, mais si le film est sorti, si les blogs fleurissent d’articles sur les relations entre hommes et femmes noirs et blancs qui cherchent à vivre leur amour (et qui n’y arrivent pas, ou que « les gens aimant donner l’exemple » ne veulent pas), c’est qu’il y a un réel malaise qui n’est perçu que dans les discussions à propos de ces amours là, ou quand on saute le pas et qu’on se lie avec quelqu’un de différent de nous.

Au delà de toute problématique d’éventuelles religions différentes etc…La question que je me pose c’est : où se situe ce malaise amoureux exactement ?

Principalement dans la communauté Blanche ? Ou dans la communauté Noire ?

Pourquoi existe-t-il toujours en 2012 ?

Que craint l’entourage quand une Femme Noire décide de se mettre en couple avec un Homme Blanc ?  et réciproquement… Pourquoi les Hommes Noirs choisissant une Femme Blanche sont-ils si contestés par la communauté Noire ?

Pour éviter de se sentir rejeté par sa communauté, doit-on être une « bon Noir » ou un « bon Blanc »  et… épouser quelqu’un de son rang social et de sa couleur de peau ?
Qu’est-ce qui est plus important ? Le regard de la communauté ou son propre bien être ?

Je me dis que quand on ferme la porte de chez soi… On est deux et on est les seuls à vivre et à se battre au quotidien pour nous-même. Le voisin, la vieille tante ou le blogueur égaré, s’offusquent de la vie amoureuse des autres que parce que leur vie étriquée ne lui permettent pas de considérer que la conjugaison de la différence ce n’est pas la perte des racines.

C’est l’enrichissement de chacun.On y apporte ses goûts, sa culture, sa famille, son histoire. On transmet tout ça aux enfants. On ne les coupe pas d’une culture ou d’une autre. On ne perd pas, on enrichit.

Et ça n’a toujours été que ça.