Grivoiseries de Femmes Antillaises_Acte 1

Negro-Elongation-et-Illumination

Grivoiseries de Femmes : je n’ai pas de commentaire supplémentaire à faire.

Ah oui, un : tous les écrits, blagues ou témoignages, m’ont été transmis par des femmes… Antillaises ! (ça c’est pour la personne qui ne comprend pas que ce blog est tenu par des femmes Antillaises qui parlent librement de sexualité, sans pour autant y mettre finesse, douceur et romantisme… Donc ni tenu/écrit par des hommes, ni par des femmes autres qu’Antillaise, soit-disant que nous ne fonctionnons pas comme ce que nous écrivons ici TCHIIIP).

Si vous êtes d’humeur à être choqué par des blagues sexuelles de femmes pour les femmes… Passez votre chemin, vous ne vous en porterez que mieux.

Pour les autres : Enjoy !

grivoiseries de femme

An boug ka mandé madanm li : « Poutchi ou ka gadé Master Chef ? Ou pa sa fè manjé ! »

Madanm la ka répon’ li : « é vou ?!! Ou ka byen gadé porno é ou pa sa koké ! »

(Une femme demande à sa femme : « Pourquoi regardes-tu Master Chef ? Tu ne sais pas cuisiner !

La femme lui répond : Et toi ?!! Tu mates bien du porno et tu ne sais pas baiser !)

Negro-Elongation-et-Illumination

Voici trois petits Milans comme on dit chez nous,  arrivés par Mail…

Je n’ai qu’une chose à dire : Merci Miss K !

MILAN 1 : Koké sé an bitin sérieu!

« C’est le dossier d’une amie qui m’a fait bien rire quand elle m’a raconté les faits !
Elle fréquentait un monsieur depuis plusieurs mois. Ils se voyaient régulièrement, faisaient des sorties (resto, ciné, boîtes). Elle a attendu en vain que le monsieur en vain clarifie la situation c’est à dire lui donner un statut officiel de girlfriend. Elle a finit par se jeter à l’eau en lui posant la question fatidique: « toi et moi c’est sérieux ou pas ? ».

Et là le goujat et là je reste polie lui répondit: « COKER SE ON BITIN SERIEUX D’APRE MWEN ! » (Baiser c’est chose sérieuse d’après moi).

La pagnette fût interloquée par la réponse sur le coup mais i  pa fe ni yon ni de i voyé misié allé la mem …. (elle l’a quitté sans plus attendre)

MILAN 2 : Ma fi, ou sé an gad kal

« Encore le dossier d’une amie !
Elle a rencontré un homme en soirée. Le feeling est passé ils ont décidé de se revoir un samedi. Il passe la récupérer, il l’emmène chez lui ! Là monsieur se la joue gentleman: il cuisine, il fait la conversation sans faire d’allusions salaces.

Ce qui devait arriver arriva …elle est passée à la casserole ! Elle a dormi chez lui le lendemain… il la dépose chez elle… jusque là tout est normal !

Le monsieur demande à la revoir le week end suivan mais lui précise mais qu’il sera  en compagnie de sa fille de 2 ans  !

Elle arriva chez lui, ils passèrent un moment agréable à trois ! Dans l’après midi le mec lui sortit qu’il avait  des problèmes de tunes et qu’il savait pas si il aurait assez d’argent pour mettre de l’essence dans sa voiture ! Elle en bonne macrelle lui répondit que c’était pas grave qu’elle  le dépannerait !

Le gars continua de l’appeler lui promettant monts et merveilles !

Le gars lui proposa de passer un week end entier chez lui avec sa fille, elle accepta ! A peine arrivée chez lui, le gars lui annonça la couleur soit disant que son ex et lui avait un arrangement pour la petite. En clair: il lui demanda que lorsque quelqu’un sonne à la porte de se cacher dans la salle de bain !

Bizarrement elle a pas tilté sur cette étrange réflexion ! Le gars recommença son laius de « je suis faûché cette fois pour les courses ». Le pire c’est qu’elle paya à nouveau ay chié mem tchiiip!
Venu le moment de se coucher le gars lui sorti : « ma fille va dormir entre nous, je dors pas sans ma fille »

o_O …….Elle a pas protesté! i domi épi ich la entre li épi boug la! ouais neg mi bab mi !

Il l’a déposa chez elle le week end fini !

A ce moment là elle m’appela pour me raconter son week end. Comme an sé on poseuse de kestion, wi an pa  pe diy, je lui ai posé plein de question pour la faire réflechir et surtout la ramener sur terre ! Je lui ai annoncé la couleur en lui disant qu’elle était officiellement gad kal c’est à dire banquière ! (ndlr pour les non-créolophones : n’appelez pas votre banquier « gad kal » ça signifie litterralement « garde bite »).

Il se revirent, il lui redemanda de payer son essence et là enfin elle eût une réaction lucide !

I voyey chiééé !(elle l’envoya se faire voir)

Le mec l’a déposé chez elle comme si de rien n’était !

N’ayant pas de ses nouvelles plusieurs jours durant, elle le rappela misié pa jamais viré decroché telephone ay issalop la  ! »

MILAN 3 : SMS de licenciement

Voici le dossier Johan, la quarantaine, on l’appellera ainsi pour des raisons d’anonymat ….

Je l’ai rencontré sur un site de rencontre jusque là pas très original je le concède !

On a fait plusieurs sorties, il ne s’est rien passé, jusqu’au jour où il a décidé de ne pas venir à un de nos rendez-vous sans prévenir: pas de sms , mails , pigeon voyageur ou autres moyens de communication ! Il m’a rappelée pour se confondre en excuses trois jours après…  en bonne rageuse an voyé sa chiééééé !

Trois mois après il reprend contact via facebook avec la ritournelle habituelle des mâles: « tu me manques, je suis désolé, j’ai décidé de subir tes foudres »… enfin bref un ramassis de phrases surgelées.
An péké menti, je me suis dit: « an pani ayen a met an ba dent an mwen je crie famine pourquoi pas ? » (je n’ai rien à mettre sous ma dent, je crie famine…)
Il est venu à la maison à plusieurs reprises rien ne s’est passé ! oh sacrilège! jan la an te faim la! (j’avais faim!) il me faisait mariner ay chiééé mem tchiiip.

Je me suis dit: « ma fi tu lui as fait à manger à plusieurs reprises: il FAUT RENTABILISER! » Le pire c’est qu’à chaque fois, il jouait dans le matos sans passer à la casserole! Bitin pou aigri mwen ! La coucoune crie famine ! misié ka joué an travay la oh oh.

Excédée j’ai décidé de prendre les choses en main oui oui passage à la pharmacie pour le stock de préservatifs. Arrivé à la maison il recommence son jeu de gamin « je chauffe le moteur sans passer à la vitesse supérieure » !

A ce moment là je sors la boîte de préservatif qui était sous mon oreiller et je lui dit : « gadé misié la fo ou passé a la casserole jodi a ! pani joué ou ke reté la pou pren’y ! » Il m’a regardé d’un air ababa comme disent les anciens lol ! J’ai pris la direction des opérations bref an foutey an corps an mwen. (je l’ai baisé)

Comme on se voyait tout le temps chez moi, je lui ai demandé si ça lui posait un problème que je connaisse son environnement… Pour mettre fin a mes interrogations il m’a invité chez lui . Il m’a fait la totale: repas préparé par ses soins, ambiance romantique avec des bougies parfumées ! Arrivés au dessert, qui était de la glace à la vanille, je lui sors que j’aimerais la lui étaler et la manger sur lui. Ce couyon me répondit : « ouais mais c’est SALE ». An repon li sé sa ki bon cochonnerie, pli i sal pli i bon.

An bay on volée coucoune faut dire que pour son âge il était comment dire pas très aguerri . Je m’explique on sentait que la leçon vice tournevis et toute la caisse à outils n’avait pas été apprise pffff !

Là vient la partie croustillante de l’histoire sisi !

Un jeudi matin il arrive à la maison à peine entré i ja sauté anlé mwen deshabillé mwen pour donner la ration de kal ! (il entre dans la maison et me prend avec vivacité) jusque là tout semblait être comme d’habitude .

Et là intervint le drame durant le coké (la baise) il a eu la brillante idée de me sortir: « 

JE VEUX TE CONTROLER EN TE METTANT DANS UN CADRE, JE VEUX TE GARDER SOUS LA MAIN. »

A ce moment précis mwen gadey! Je me suis dit a pa ayen ka rivey la me contrôler an tet ay sa yé sa. (me contrôler ?! il rêve!). Non je n’ai pas interrompu nos ébats. Je me suis dit fo i ban mwen restan a dose a kal la ! Ba mwen continué fouté adan . (faut qu’il continue à me donner le reste de queue… laisse-moi continuer à lui donner)…  J’ai le sens des priorités moi loool! Il a pris sa douche , je l’ai embrassé comme si de rien était .
Depi i passé pote la, an voyé on sms de licenciement bay pou diy (la porte aussitôt passée, je lui ai envoyé un sms de licenciement pour lui dire que…) que le rôle de macrelle ou maîtresse, peu importe l’appellation, c’est pas pour moi.

Il m’a répondu que j’aurais pu lui dire ça en face que c’était nul de ma part de voyé sa par sms. Sur ce point il avait pas tort mais bon fo i te tayé la sel bitin i ke ay controlé se manman’y oui amis de la poésie bonjour !
Depuis j’ai eu droit au sms : « depuis que tu m’as quitté ma vie est vide sans toi ! »

Je me suis dit : « coucoune la ka mankey ! »

Man fou ay ça lui apprendra a sortir des inepties pareilles durant un coker !

Hum. (grand sourire).

Mes amis, si vous avez un milan à partager, vous savez ce qu’il vous reste à faire :

tchipleblog@gmail.com