Comment reconnaître un boloko en 10 leçons.

wpid-flavor-flav-with-beer-3.jpeg

Facebook étant un endroit merveilleux, je suis tombée sur un groupe dédié à l’identification du boloko, d’où est issu ce texte que vous pouvez retrouver ici(lien du groupe).

Le texte est drôle, mais les commentaires… ! Bonheur !

image

On en a toutes croisé un, un jour, avachi sur le canapé d’un copain, ou accoudé à un bar, ou sur le bord de la piste en soirée. Un boloko, cet authentique branleur qui traine dans tous les endroits ou il est succeptible de rencontre de la chair fraiche.On s’est juré de plus jamais se laisser avoir. Encore faut-il le reconnaitre à coup sur. Petit guide pratique en 10 points:

1) Le boloko sait parler, il a toujours une belle phrase à sortir. Ses classiques, les paroles des zouk de Thierry Cham, en changeant l’ordre des rimes pour que vous les reconnaissiez pas. Son arme fatale: le fameux « tu es spéciale » sous-entendu « tu es une combinaison inédite tête/fesses/seins ». 

2) Le boloko a tendance à vous oublier rapidement lorsque vous n’êtes pas sous son nez: le téléphone, c’est jamais lui qui appelle, MSN, faut le buzzer 10 fois. Mais une fois qu’il vous tient il est intarissable (voir paragraphe 1)

3) Le boloko est rarement célibataire, mais reste évasif sur le sujet. « c’est compliqué » … Si vous n’avez jamais mis les pieds chez lui, s’il chuchote parfois au téléphone, s’il est aux abois dans la rue, ne vous posez plus de questions. Attention, c’est rarement sa faute s’il trompe sa copine, c’est parce que les femmes l’ont fait souffrir, et continueront à le faire souffrir, alors il prend de l’avance. On en pleurerait presque.

4) Le boloko a toujours plein de projets: déménager, changer de boulot, écrire un roman, se consacrer à la musique. Et au final il ne fait jamais rien. Il galère. Il joue à la playstation et au basket avec ses potes.

5) Il est toujours overbooké, fatigué. Ne vous attendez pas à ce qu’il prenne le train pour venir vous voir, comme par hasard ce vendredi là il quittera à 19h, alors que d’habitude il pose ses RTT. Mais voyons 60€ de billet et 3h de train, alors qu’il a un plan à gérer à Clichy … vous êtes pas sérieuse?

6) le boloko ne laisse rien filtrer, il est très soucieux du respect de sa vie privée, garde secrets tous ses déplacements, ses activités sont toujours auréolées de mystère.

7) Le boloko est un comique: il a toujours une bonne histoire, une bonne blague. Surtout avec ses potes, sur vous quand vous êtes pas là. La parade ultime: mettez le à la fête devant ses copains. 

8) C’est pas lui, c’est les autres: ben oui, ce sont toutes ces filles ochan qui lui courent après hein, lui il a rien demandé. Les 350 numéros de son répertoire téléphonique s’y sont inscrits tous seuls voyons.

9) Le boloko a la classe: débardeur filet, short baggy, petit cran dans le sourcil, locks, boucles d’oreilles, veste en couiiiir. Il a toute la panoplie. A assortir avec la démarche chaloupée genre « wouaaaaay je viens de me cogner le pied dans la table basse » ou les poses façon beau gosse pour les photos (lunettes de soleil, doigt sur la bouche, demi profil, contre plongée). 

10) Il a plein de copains. Il partage ses plans avec eux. Pas de problème. En général le boloko traine en bande. Si vous avez identifié un boloko, il y a 90% de chance que les autres à proximité soient aussi de la même espèce. Une seule solution: fuyez ….

Quelques commentaires croustillants….

image

image
image
image

image

image