La femme moderne en Guadeloupe en 2010

Voici un article très instructif de Patricia BRAFLAN-TROBO !
Bien évidemment, le texte parle de la femme Guadeloupéenne, mais Martiniquaises, Guyanaises, ainsi que toutes les autres femmes, vous êtes concernées.
Miss K
« De plus en plus, dans la société moderne dans laquelle nous vivons, il est demandé aux femmes de prendre des responsabilités professionnelles importantes. La femme guadeloupéenne moderne est issue d’une histoire qu’il convient de prendre en compte pour la situer dans toute la complexité de sa modernité.

La société guadeloupéenne, historiquement matrifocale, s’est construite autour des articles 12 et 13 du Code Noir de 1685 qui stipulaient de façon explicite d’une part l’appartenance des enfants esclaves aux maîtres des femmes esclaves et d’autre part le fait que les enfants nés entre une femme esclave et un père libre suivaient la condition de leur mère.

Ces textes se traduisent par l’érection sur ces terres américaines d’une organisation familiale singulière pour les esclaves. L’homme et la femme avaient un rôle précis, la femme esclave reproductrice et l’homme esclave-étalon permettaient le maintien du capital de main d’œuvre.

Dès cette époque le rôle de la femme mère, s’est imposé comme modèle dominant du fait que c’était à elle qu’il revenait dans cette organisation de faire fonctionner le foyer. La notion de femme poto mitan prenait ainsi toute sa place. » (lire la suite de l’article)

Tag(s) associé(s):