Jeune, noir et fier d’être un père [Article publié sur Repeating Islands]

Voilà un article très intéressant paru sur Repeating Islands (version anglaise). Cet article m’interpelle et en même temps… M’inquiète. Pourquoi le problème de la matrifocalité (car c’est un problème que d’assumer une famille seule!) concerne-t-il principalement les afro-caribéens ?

Et comment changer la donner ?

Comme à Saint-Michel ? En créant des écoles et des programmes adaptés aux hommes noirs ?

Moi-même en écrivant ces lignes, je me sens bousculée. Et pourtant.

Warren Gayle - Crédits : The Guardian
Warren Gayle – Crédits : The Guardian

De nombreux enfants Afro-Caribéens de Grande-Bretagne sont élevés par leur mère dans des foyers monoparentaux. Lena Corner et Kim Normanton ont  rencontré des papas qui veulent briser le cycle (article pour The Guardian de Londres).

Si vous êtes un enfant Afro-antillais, vous êtes deux fois plus susceptibles que votre homologue britannique blanc de grandir dans une famille monoparentale. En fait, ce chiffre est probablement plus élevé. Un rapport de la commission « Equality and Human Rights » en 2011 a révélé que pas moins de 65% des enfants Afro-Caribéens sont élevés par un seul parent – presque toujours la mère.

L’impact de tous ces pères absents, sans parler de la charge qui pèse sur la mère, a été bien documenté. Ces enfants sont plus susceptibles de quitter l’école tôt, plus susceptibles de se retrouver en prison, plus susceptibles de devenir des parents adolescents. La liste est longue.

«J’ai été troublé par ces chiffres parce que je pensais que le stéréotype des pères noirs étant absent était une chose appartenant au passé», dit Seani B, un producteur de musique et animateur sur Radio 1Xtra.
Il décida d’enquêter. Plutôt que de renforcer les stéréotypes négatifs, il se mit à essayer de traquer de jeunes pères Afro-caribéens qui tentent de renverser la tendance et d’être présents  pendant que leurs enfants grandissent. Le résultat de ses recherches seront diffusées dans un documentaire radiophonique, Like Father, Like Son?, Qui sera diffusée demain (ndlr : le 25 mars 2013).

Seani B est certainement l’homme qu’il fallait pour cette enquête. Il a grandi dans la propriété de White City dans l’ouest de Londres, en Grande-Bretagne. Issu d’une famille composée de 4 garçons, Seani B a quitté l’école à 17 ans pour poursuivre une carrière musicale. Beaucoup de ses amis venaient de familles monoparentales – c’était la norme. Sa relation avec son propre père a souffert à cause de l’alcoolisme de ce dernier. Il y a sept ans, devenu père à son tour, Seani B était conscient du fait que le cycle pouvait  être répété.

«Quand mon fils Marcel est né, j’étais à la fois excité et effrayé, » dit-il. «Certaines des turbulences que je ressentais étaient dû au fait que mon père était alcoolique et qu’il n’était pas tout à fait le père que j’avais besoin qu’il soit. Mon père et moi étions proche quand j’étais plus jeune – je ne comprenais qu’il avait un problème avec l’alcool; à cet âge, je pensais que c’était drôle. Plus je vieillissais, plus l’alcool devenait un obstacle à notre relation. Ce passé m’a rendu  encore plus déterminé  une fois la naissance de mon fils,  à assumer mes responsabilités et à être un bon père. « 

David Lammy, député de Tottenham, a fait beaucoup d’efforts pour faire connaître ce problème et appelle les pères noirs à être plus présents auprès de leurs enfants.

David Lammy - Crédits :  The Guardian
David Lammy – Crédits : The Guardian

Comme Seani B, la motivation de Lammy est personnelle.

Le  père défunt de Lammy buvait également, a abandonné sa famille et quitté le pays quand Lammy était alors âgé de 12 ans, laissant la mère de ce dernier élever seule cinq enfants. Evidemment, cet abandon  a eu de sérieuses conséquences à long terme. « Mon père est devenu incroyablement important que le jour de son départ», explique Lammy. « J’ai eu du mal à faire face à la colère, le doute de soi et ce qui semblait être de la trahison personnelle. Je me suis rapproché des travailleurs sociaux, des prêtres, et aussi des enseignants pour m’aider à remplir le trou que mon père avait laissé dans ma vie. « 

Dans sa circonscription de Tottenham, Lammy vient régulièrement à la rencontre des familles qui ont souffert à cause des pères absents. «Quand je vois des jeunes dans les gangs poser des problèmes tels que ceux des émeutes de 2011, je demande toujours combien d’entre eux avaient des pères autour d’eux? »
Là encore, les statistiques sont effarantes. « Sur les 19 jeunes délinquants arrêtés à Tottenham immédiatement après les perturbations, deux seulement avaient des papas dans leurs foyers», explique Lammy.

C’est un cercle vicieux. Si vous êtes né dans une famille sans une bonne figure paternelle, comment pouvez-vous apprendre à en être un vous-même? Si l’absentéisme est tout ce que vous savez, alors pourquoi rester?

St Michael dans le sud de Londres, par exemple, mène un projet pionnier pour les pères et les pères en devenir, âgés de 14 à 25 ans. Le médecin de famille, Seany O’Kane, se décrit comme le joueur de flûte des jeunes papas. Il va dans les écoles maternelles et les maternités pour encourager les jeunes pères à s’inscrire à ses cours. Les leçons couvrent tout, de la façon de garder un contact régulier avec leurs enfants, à acquérir des compétences pratiques telles que la baignade, l’alimentation et changer les couches.

« La grande majorité des jeunes hommes dans ces classes n’a pas de père présent dans le foyer », dit O’Kane. « Donc, statistiquement, il est facile de dire que ces pères là ne seront plus là non plus pour leurs enfants. Nous sommes là pour l’idée reçue selon laquelle ils ne veulent pas faire partie de la vie de leurs enfants. Nous, la nation, sommes prêts à châtier ces jeunes hommes, en leur disant  « vous ne pouvez pas être de bons pères » -. Mais nous ne leur donnons pas le soutien ou les opportunités « .

Seani B partage ce point de vue. « Si vous n’avez pas eu un bon modèle, comment savez-vous comment être un bon père pour votre enfant quand celui-ci naît? » Dit-il. « Je me souviens quand Marcel est né, j’ai eu tellement peur que je tremblais. Je ne savais pas comment faire face. Beaucoup de jeunes papas disent qu’ils avaient eu quelques conseils pratiques et soutien, mais pas plus. « 
Cameron Scott-Marchant, 23 ans, bénéficie des cours de Saint-Michel. Sa fille Sienna est âgé de cinq mois. Comme la plupart des jeunes hommes dans les classes, il a grandi avec un père absent. «Quand votre bébé naît, la réalité vous rattrape», dit-il. «Vous tenez votre enfant et  vous pensez, je dois être un papa maintenant. Je ne me souviens pas de mon père du tout. J’ai peut-être fait mes premiers pas devant lui, mais aujourd’hui je ne m’en rappelle plus. « 

Et comme beaucoup d’autres étudiants, Cameron a eu des ennuis avec la loi. «Honnêtement, je crois que si mon père avait été là, je n’aurais pas eu d’ennuis. Je n’ai jamais eu personne pour me dire: «Si tu fais ceci ou que cela, ça va conduire à ça. J’ai fait irruption dans une école, j’ai volé beaucoup de choses et je me suis fait arrêté, puis je suis  passé par le système judiciaire et étiquetté, la moitié de ma liberté enlevée avant que je ne m’en rende compte, je ne veux pas faire ça, ce n’est pas bien. Je n’ai pas eu de problèmes depuis. « 

Cameron est déterminé à briser le modèle. «Je sais ce que c’est que de grandir sans père. Ce n’est pas facile et ce n’est pas facile pour la maman non plus. Comment pourrais-je quitter ma famille ? » Dit-il. « Je ne veux pas de ça pour ma petite amie. Je crois que je suis responsable et je vais face à mes responsabilités. Si  mettez une vie sur terre, vous devez prendre soin d’elle, c’est aussi simple que ça. « 

Un autre homme élevé sans la présence active de son père est Warren Gayle. Son premier enfant, une fille, est née quand il avait 18 ans. Il ne vit pas avec la mère de l’enfant et a maintenant un fils avec une autre femme.
«Quand ma fille est née, je me suis sentie comme si je n’avais jamais eu aucun sentiment pour cette femme » dit-il. « J’ai reçu un texto:« Je vais avoir ton bébé. Neuf mois plus tard: « Ton bébé est né ».

«Quand mon fils est né, tout était différent. Nous avions prévu cet enfant, j’étais là pour la naissance et j’ai vu mon petit homme sortir. Mes yeux étaient les premiers qu’il ait vu. Pour moi, c’était le moment. Mon fils est né, je dois reprendre ma vie en main. Je n’ai jamais travaillé de ma vie, mais je tiens à travailler maintenant. « 

Saint-Michel espère que les anciens élèves passeront le mot à propos des classes. Jérôme Henry, 26 ans, est allé là-bas à la recherche d’un soutien après être devenu père l’été dernier et a été très inspiré par ce qu’il a appris là-bas. Il a mis en place un forum pour les jeunes pères – un groupe informel où ils peuvent discuter des enjeux de la paternité. Il a également organisé une marche à la fête des pères – La marche des 100 pères – pour représenter les pères marchant à côté de leurs enfants plutôt  qu’éloignés d’eux. Il prévoit de faire de même cette année.

« La seule chose que j’avais était de regarder par la fenêtre en attendant que mon père  apparaisse et m’emmène au football», explique Jérôme. « Il ne venait jamais, et ça fait mal. Je ne ferai jamais ça à ma fille. Il n’y a rien de mieux que d’être un père – c’est une bonne chose. Je vais être un meilleur père. « 
Ainsi, malgré les sombres statistiques il y a une certaine aide. Et maintenant, plus important encore, une meilleure reconnaissance que nous avons la responsabilité de faire quelque chose.

Manifestement, il y a un long chemin à parcourir, mais Seani B est d’un optimisme prudent. «Tous les jeunes papas à qui j’ai parlé semblent déterminés à apprendre de l’expérience de leur propre père et à être là pour leurs enfants», dit-il. «Une chose positive qui est sorti de l’alcoolisme de mon père, c’est que je veux que mon fils soit fier de moi, je veux qu’il pense que je suis un papa cool. Ce n’est pas facile d’être un parent et on ne peut pas toujours faire les choses, mais plus que tout, je veux que les autres jeunes papas passent le mot et parlent du bon côté d’être un papa. En tant qu’hommes noirs, nous devons montrer notre amour. Nous devons montrer à tous ces papas absents qu’ils passent à côté de quelque chose.

La paternité est beaucoup plus satisfaisante que de circuler dans une grosse voiture. « 

Like Father, Like Son?, presented by Seani B, will be broadcast on BBC Radio 1Xtra’s Stories on 24 March at 9pm

For the original report go to http://www.guardian.co.uk/lifeandstyle/2013/mar/23/proud-young-black-fathers

Advertisements