Lettre à mon père alcoolique (6) #pereantillais

Envie vous aussi de nous écrire?

Votre lettre à tchipleblog@gmail.com

image

Papa

Je t’écris pour te dire que je n’ai pas honte d’être ta fille.

Tu t’es laissé bouffé par le démon de l’alcool au point que Maman a du partir alors qu’elle avait ma sœur en bas age et qu’elle était enceinte de mon frère.
Sous l’emprise du rhum tu étais un père invivable, un mari exécrable, nous avons du tous nous éloigner de toi.

Mais malgré tout cela quand lors d’une rage de dent une infirmière m’a dit de penser a un moment heureux pour soulager la douleur le temps que les médocs fassent effet; j’ai a pensé à toi et moi jouant au jeu de l’oie.

Je t’ai toujours ressemblé, plus jeune je le portais comme une tare, je n’aimais pas qu’on me le fasse remarquer.
Mais maintenant que je suis femme je ressemble a maman et bizarrement ca me fait chier.

Pourquoi ? Peut etre que j’ai peur de si je ne te ressemble physiquement plus je n’aurais plus de lien avec toi …

Papa tu as fait souffrir les gens qui comptaient le plus pour moi. Tu t’es laissé ronger par ton démon au point de ne pas voir toute la peine que nous a fait.

Donc parce qu’il le fallait je me suis éloigné en tant que fille, je ne voulais pas que tu leur fasse du mal donc je n’ai jamais exprimé que j’avais besoin de toi.

J’ai grandi vite, j’ai muri parce qu’il le fallait.
Je me suis très vite glissée dans la peau de la grande sœur qui protège.
Je ne voulais pas mon frère se retrouve face cet homme saoul qui se traîne dans les rues. Donc je t’ai évité consciencieusement, en disant haut et fort que je n’avais pas besoin de Papa.

Je n’ai pas pleuré sur cette innocence perdue, parce quoi moi au moins j’ai eu des moment de joie avec Papa … Mais eux mon frère et ma soeur n’en n’ont pas eu.

Je n’ai pas exprimé mon envie de te parler de mes succès, de mes défaites de mes espoirs. J’ai gardé pour moi cette envie quand tout allait mal de me blottir dans le creux de tes bras. Parce je sais que tout va bien dans le creux des bras de Papa. Moi au moins je le sais, eux ne le savent pas.

Je chérie ces souvenirs de ma petite enfance, au point qu’il soit pour moi un moyen de soulager une douleur physique.
Ces souvenirs ont un pouvoir énorme pour moi … et je t’en veux de ne pas leur en avoir donné

Au cours des années j’ai essayé de te le faire comprendre l’importance d’avoir un père pour eux, même imparfait mais ton démon a été plus puissant tu n’as pas entendu.

Te pardonneront-ils un jour ? Je ne sais pas.
J’espère pour toi, j’espère surtout pour eux.

J’ai fait la paix avec toi sans m’en rendre compte donc je te le redis non je n’ai pas honte d’être ta fille.

Malgré tout je t’aime Papa

Advertisements