La Famille martiniquaise : « Du cabrouet au Boeing…»

Belle découverte sur ce Journal en ligne
   Fruit d’un métissage, Marie-Alice- Jaccoulet, avocate, jette un regard original à la fois personnel et professionnel sur la famille martiniquaise. Un sujet qu’elle connaît bien : elle a été élevée avec 15 frères et sœurs.

«.J’ai vu évoluer la famille, et surtout la femme de manière spectaculaire. Avant la mère se sacrifiait beaucoup pour ses enfants. Je revois encore ma grand-mère maternelle Anatolie qui était une maîtresse-femme. Comme ma mère, l’éducation des enfants était capitale. Au fil du temps, j’ai vu la femme martiniquaise évoluer dans la modernité. C’est en soi une bonne chose. La famille martiniquaise à l’instar de la société Martiniquaise est passée rapidement du « cabrouet au Boeing ». Cette évolution rapide nous a surpris. Les femmes se sont engouffrées dans ce changement et cela a provoqué une évolution considérable de la famille. On constate maintenant qu’elles sont beaucoup moins présentes à côté de leurs enfants.

      J’entendais souvent ma grand-mère dire : « tété pa jenmem tro lou pou lestomak ». La femme martiniquaise s’est battue pour permettre à ses enfants de s’imposer par le savoir, l’éducation. Parce qu’on n’avait pas la fortune, on n’avait pas les terres, il fallait lutter pour avoir de l’instruction, cette seconde liberté pour reprendre l’expression de Gaston Monerville.

   L’égalité, on ne pouvait l’avoir que par le travail. Aujourd’hui, il y a un déplacement, un basculement des valeurs traditionnelles. Ce n’est plus l’éducation, ni la notion de dignité par le travail qui prévaut, mais l’argent. L’on veut avoir le matériel à tout prix, par n’importe quel moyen. On trouve de nos jours des mères qui permettent à leurs enfants de valoriser ce proverbe créole « débouya pa péché ».

   cela m’interpelle et m’amène à dire aux femmes «attention, permettez aux pères d’être davantage présents de participer à l’éducation des enfants». De la même manière que l’on est deux pour faire un enfant, il faut ^être deux pour l’élever. L’enfant a besoin de ses deux béquilles : le père et la mère, pour avancer dans la vie jusqu’à l’âge adulte.

   Aujourd’hui, la famille martiniquaise ne permet pas à l’enfant de devenir un adulte car lorsque les parents sont absents du fait de l’évolution sociale, l’éducation en pâtit. La modernité a tué la famille martiniquaise. La Martinique du XXème siècle a produit des grands hommes. Va-t-elle en produire autant le siècle prochain ? La question est posée.