Les Africains… Les Antillais… Les Noirs… Des êtres engourdis, qui se réveillent ? (Le Point couv’ : L’Afrique – le grand réveil)

J’entends…

En 2008, l’Afrique n’était pas assez entrée dans l’Histoire.

Je lis…

En 2012, la Blackgeoisie apprenait – enfin – aux noirs l’art du style.

Je vois…

En 2014, l’Afrique se réveille.

lepoint2166-afrique-le-grand-reveil1

Je médite, et je repense à « lui ». Qui « lui » ?

Lui.
« Le peuple colonisé est idéologiquement présenté comme un peuple arrêté dans son évolution, imperméable à la raison, incapable de diriger ses propres affaires, exigeant la présence permanente d’une direction. 
L’histoire des peuples colonisés est transformée en agitation sans aucune signification et, de ce fait, on a bien l’impression que pour ces peuples l’humanité a commencé avec l’arrivée de ces valeureux colons » (Frantz Fanon, L’An V de la révolution algérienne – 1959)

Lui.
« Le colon fait l’histoire. Sa vie est une épopée, une odyssée. Il est le commencement absolu : « Cette terre, c’est nous qui l’avons faites. » Il est la cause continuée : « Si nous partons, tout est perdu, cette terre retournera au Moyen-Age. » En face de lui, des êtres engourdis, travaillés de l’intérieur par les fièvres et les « coutumes ancestrales », constituent un cadre quasi minéral au dynamisme novateur du mercantilisme colonial. »
(Les Damnés de la Terre – 1961, Frantz Fanon)

Et aussi, à Lui.

 » Une civilisation qui choisit de fermer les yeux à ses problèmes les plus cruciaux est une civilisation atteinte. » (Discours sur le Colonialisme -1950 – , Aimé Césaire)

Des êtres engourdis… Qui se réveillent ?

Je vous invite à partager l’article et à le twitter, à questionner, à vous interroger sur ce regard biaisé porté sur nous, par nous, par les autres à notre époque.

Advertisements