#Jerêve

Je rêve d’une websérie, tournée aux Antilles, abordant les problématiques antillaises tout en faisant preuve d’humour. Une webserie où quête de l’amour, sorcellerie, jalousie, religion, zouk, départs en métropole, racines identitaires seraient mêlées, féminité, paternité, créolité.

Je rêve que cette web série soit sous-titrée en anglais, qu’on puisse la partager partout, du Canada, à New-York, en passant par l’Afrique, et l’Europe (voyons grand).

Je rêve que cette webserie soit mieux, beaucoup mieux, mille fois mieux, que la baie des flamboyants…

Je rêve d’une Université des Antilles et de la Guyane où les problèmes trouvent une bonne solution. Où les étudiants récupèrent leurs diplômes en temps et en heure, où on interroge les étudiants sur les projets qu’ils aimeraient mener, culturellement, économiquement, pour que les antilles et les antillais rayonnent.
Je rêve d’une université où l’exemple de cex qui ont réussi est montré, raconté et applaudi. Où; à l’instar des grandes écoles telles Harvard, une figure forte de réussite vienne en fin d’année, parler aux élèves, les encourager dans leur nouvelle vie, les motiver, leur parler de la valeur qu’ils représentent.

Je rêve de contes antillais, de contes pour les petits garçons et les petites filles, en version mobile… Je rêve que ces contes parlent de développement personnel, de réussite, et encourage les enfants à être vraiment eux-même.

Je rêve d’outils, d’écoles, d’idées, pour que les pères défaillants, arrivent à devenir des pères aimants.

Je rêve que les jeunes sous les abribus n’y soient plus, et aient un avenir, beau, lumineux, fécond.

Je rêve que nous ne laissions personne nous faire taire, que nous osions jusqu’au bout affirmer qui nous sommes, d’où nous venons, et que nous ayons confiance en qui nous sommes.

Je rêve qu’un street artiste reprenne nos rêves et les colle, les peigne, les dessine, les exprime à sa façon, pour que nos murs, nos terres et nos confrères sachent que nous continuons à rêver.

Je souhaite que les chercheurs de merveilles se fassent nombreux, nombreux, nombreux.

Qui osera nous arrêter ?

Si vous aussi vous avez un rêve que vous souhaitez voir prendre forme, parlez en.
On dit que les murs ont des oreilles, moi je dis, que l’univers a souvent du coeur : il exauce les souhaits de l’âme.

Bisous à tous,

La Tchipie.

Tag(s) associé(s):