Témoignage : « Je suis une femme ronde, une femme forte, une femme imposante autant au niveau de caractériel que physique. » Et après ? La vie s’arrête ?

J’ai reçu ce témoignage d’une jeune femme « Ronde, forte, imposante ». C’est comme cela qu’elle se qualifie.
Son témoignage est poignant et invite à se repositionner sur le regard que nous portons sur nous, notre corps… Et surtout, surtout, le regard que nous laissons les autres porter sur nous. Merci à elle.

Son récit :

« Je dis souvent qu’il est plus difficile de parler de soi que de parler d’un autre mais, l’une des choses que j’ai apprises est que pour aider les gens il faut savoir rendre compte de ses batailles.
Surtout celles qui mènent à une victoire, celle du bien-être.

Je suis une femme ronde, une femme forte, une femme imposante autant au niveau de caractériel que physique.
Cependant, je n’ai pas toujours été cette femme que je suis devenue et dont je suis si fière aujourd’hui.
Il m’a fallu en gravir des montagnes et en briser des barrières.

La vie a voulu que dès mon plus jeune âge, j’ai été brisé gens qui normalement aurait dû m’aidé à me construire, des gens censé faire de moi une femme, une vraie.
Hélas, au lieu de me montrer la route, j’ai été humilié, délaissé, rejeté et parfois insulté.
Les années passant, mon estime de moi est devenu tellement infime quelle a totalement disparu, j’étais devenu la petite grosse qui ne sait pas s’habiller et dont tout le monde se fou.
Pour me protéger je ne parlais qu’à peu de personne, je suis devenue méchante, la reine de la bagarre.
Une vraie terreur qui va même jusqu’à tabasser un prof au collège.

Je suis viré un certain temps et, je n’ai pas réellement d’amis alors je m’enferme chez moi et je sombre dans une véritable dépression qui me fera prendre encore plus de poids car je passerai deux mois dans ma chambre à m’empiffrer sans voir la lumière du jour.

Je refais surface pour reprendre les cours, tout le monde me regarde, j’entends des rires dans mon dos, tout le monde parle de moi, je sombre dans la paranoïa.
Je viens de moins en moins en cours, je me cache la journée dans les bois ou ailleurs, là où je ferai la connaissance d’un groupe de mec avec qui je vais penser me sentir bien car ils feront de moi le centre de leurs vies, moi, la grosse, je suis entouré des mecs les plus convoités du coin, je me sens importante mais je m’enfonce de plus en plus.

Alcool, cigarette, herbe, nuit blanche, sexe, tout y passe, je sombre dans la débauche pour me sentir vivante mais au final ça me tue.

Je deviens une loque humaine, j’ai deux hommes dans ma vie, un dont je suis amoureuse mais qui me trompe à tour de bras, l’autre préfère me prendre pour son sac de frappe.
Je suis à bout, je vois venir ma fin, j’avale tout ce qui passe sous ma main, je veux en finir.

C’est là que ma phase de transition c’est mise en place, je m’enferme durant un an, grande introspection, il faut que je me retrouve suffisamment seule avec moi et en moi pour comprendre.

Après cette phase, je suis enfin ressorti de chez moi, je voyais la vie autrement car, je savais que mon plus grand frein, c’était moi-même.
Après deux dépressions qui ont faillis avoir ma peau, je savais que je ne voulais plus y retourner.
Je voulais être moi, être femme et épanouie.
Etrangement, les rires et les moqueries, je ne les entendais plus.
Les regards je ne les croisais plus.

Je retrouvais le sourire, ma confiance en moi et surtout, je me libérais.

Je suis devenue styliste, j’ai rencontré des hommes charmants, j’ai eu des liaisons jusqu’au jour où j’ai rencontré celui qui au bout de 7 ans est devenu mon époux.

Maintenant, les compliments pleuvent, je suis grosse, certes, mais, je suis belle.
J’ai livré bataille contre moi-même car j’avais peur, les autres me déstabilisaient.
Mais, sachons le, je ne suis pas les autres et la seule qui compte c’est moi.

Aujourd’hui, si j’ai un conseil à donner c’est vivez pour vous.

Croyez en vos rêves car tout est possible et surtout quoi qu’il arrive, même si vous avez envie de toucher le fond, servez-vous de l’élan de la chute pour rebondir et remonter.

Quand vous pensez que les autres vous regardent mal ou vous jugent, c’est vous qui êtes en train de mal vous voir et de vous juger car si vous avez assez confiance en vous, vous ne penserez plus que les autres vous jugent, car vous êtes, vous, belle, intelligente, élégante et désirable.

Perso, quand un homme me regarde c’est qu’il me désir, et si une femme me regarde, c’est qu’elle m’envie. »

Advertisements