#edwyplenel

Edwy Plenel parle de son père Alain Plenel, qui était vice recteur de la Martinique lors des émeutes de décembre 1959, qui avaient vu saffronter, pendant trois jours, des jeunes et des CRS, sur fond de crise économique et de racisme. Bilan, 3 morts : Edmond Eloi (20 ans), Christian Marajo (15 ans), et Julien Betzi (19 ans).

Une répression que dénoncera Alain Plenel, qui avait adressé, quinze jours avant les émeutes, une lettre à son ministère de tutelle pour l’alerter : « Le problème de la jeunesse martiniquaise est critique, dangereux. Il fait peser sur l’avenir de cette île un lourd nuage d’incertitudes ».

Alain Plenel sera accusé de soutenir la fronde et rappelé à Paris, suscitant la réprobation de la population martiniquaise qui lui manifestera son soutien.

Autant d’événements que n’a pas oublié Edwy Plenel qui était enfant à l’époque à Fort-de-France quand tous ces drames se sont produits.

Advertisements