Quand nos hommes antillais nous parlent… Ecrit 3 : « certaines femmes gèrent leur vie professionnelle, comme elles gèrent leur vie amoureuse : sans rebondissement possible »

homme3

 

 

Chère Tchipie,

Je constate que parmi mes amies, certaines femmes se conduisent avec leur vie professionnelle, et leurs projets, comme elles se conduisent avec un homme : elles s’accrochent à quelque chose, et si la dite chose est perdue, incapable de passer à d’autres perspectives ! Elles en seraient même à nous pondre un zouk !

Le bal des pleureuses et des jalouses ! Aucune attirance possible.

Un homme c’est soit ça passe, soit  ça ne passe plus : alors on pleure un bon coup, et on passe à autre chose.

Pourquoi les femmes ne sont-elles pas capables de voir leur vie professionnelle de la même façon ?

Tu es prête ?

Petite comparaison vie professionnelle/vie amoureuse

Vie pro : On va avoir droit au fameux « ce n’est pas facile »

= tous les hommes sont des salauds,

Vie pro : on va avoir droit au « les gens sont méchants »

= il y a toujours une pétasse pour casser un foyer

Vie pro : On va avoir droit au « faut savoir accepter ce qu’on a »

= je ne peux pas quitter cet homme que je ne trouve pas TOP, mieux vaut ça que rien

Si je rencontre qui cumule ces deux systèmes de pensées dans leur vie pro ET leur vie amoureuse, honnêtement, je ne vois pas ce que je fais avec elle.

Si elles pensent leurs projets comme elles pensent leur vie amoureuse (en espérant qu’elles aient des projets en dehors de « faire un enfant » et « se marier »), quel intérêt pour moi ?

Il y a beaucoup de magazines féminins qui traitent des petits problèmes de cœurs de l’une ou de l’autre, il serait peut-être temps que les femmes comprennent que la vie c’est une question d’option que l’on se donne également.

Vous n’êtes pas toutes face à des hommes fermés à vous et à votre beauté du cœur, pas plus que vous n’êtes face qu’à des projets perso et pro qui échouent.

Si vous n’êtes pas capables de comprendre que quand on tombe, il faut recommencer, étudier d’autres options, se relever,

moi je ne veux de vous, ni en tant que mari, ni en tant qu’investisseur, ni en tant que porteur de projet.

Qu’en pense tes chères lectrices ? Je suis certain que les autres hommes partagent mon point de vue.