Quand nos hommes antillais nous parlent… Ecrit 4 : « l’homme antillais est ce qui peut arriver de mieux à une femme »

homme 4

L’homme :

La rumeur populaire le dit coureur, mais ce n’est pas tout à fait exact. Il est en réalité un passionné à la recherche de LA pierre rare et précieuse qu’il chérira toute sa vie. Cependant, cela lui est très difficile car son secteur insulaire de recherche est largement garni de magnifiques sirènes chabines bel zyé, négresses bel bon**, couli gran chivé, et bien d’autres prototypes que la firme féminine développe abondamment…
Cependant, ces beaux prototypes dont nous sommes tant pourvus révèlent parfois de belles (ou pas) surprises car « chabine ni vié caractè », « couli ka fè dorliss »…
Aimant plaire, il est souvent équipé de sa belle voiture (toujours propre) qui hormis un moyen de transport est aussi la manifestation de sa réussite…
Il a également un réseau de connaissances et d’amis (gentils ou pas) qui peut à tout moment venir à son secours !

Je pourrais en parler encore, mais je m’arrêterai pour vous dire que malgré sa (mauvaise) réputation, l’homme antillais est ce qui peut arriver de mieux à une femme. Encore faut-il qu’il trouve la bonne…

Je suis antillais et fier de l’être !! ET je n’échangerai ma place pour rien au monde !!

La Tchipie :

Que souhaites-tu voir de meilleur dans notre société ?

Je ne sais pas si tu as des enfants ou si tu en auras, mais quels conseils souhaites-tu leur laisser, quelles leçons ?

L’homme :

De meilleur dans notre société…?! Pas grand-chose car Notre société va et ira de plus en plus mal. Je souhaite Juste le retour du respect : respect de soi et respect des autres. Ce sera déjà un grand pas en avant…
Je n’ai pas encore d’enfants (j’espère en avoir), mais j’aimerais qu’ils retiennent que ns sommes de passage sur cette Terre, le peu de temps que nous avons à y passer essayons de le rendre meilleur en vivant bien avec les autres, en les respectant comme on aurait souhaité l’être de leur part. Car aussi riche que nous puissions l’être, nous avons et aurons toujours besoin de l’autre… Même si certains clament haut et fort le contraire

La Tchipie :

Pourquoi penses-tu que notre société va de plus neplus mal, qu’est-ce qui te donne ce sentiment ?

L’homme :

J’observe beaucoup ce qui se passe dans le monde, mais surtout dans nos îles et ce que je vois me peine : agression, vols, braquages, jeunes enfants livrés à eux-même… Les parents ont lâché prise.
Les jeunes (et aussi les moins jeunes) n’ont plus le goût de rien. Et quand ils font, ils font pour faire : le striiict minimum…

La Tchipie :

Quelles solutions selon toi, pourraient faire changer les choses de façon positive ?

L’homme :

Juste une solution : que chacun prenne conscience que « si je fais un peu pr que ça aille mieux à commencer par chez moi, mon quartier, ma ville, mon île ira mieux…