Carnet de bord d’une jeune femme entrepreneur antillaise – Part. 6 – J’ai essayé le Martinique Workatjelly !

Le blog a quelque chose d’extraordinaire : il permet d’être en contact avec des personnes que l’on n’aurait probablement pas croisées dans la vie de tous les jours. Je suis heureuse, car un matin, il n’y a pas si longtemps, je me suis retrouvée au téléphone avec une de mes followers. Nous avons discuté, échangé, de vive voix, et elle m’a appris qu’elle avait changé de voie professionnelle et qu’elle se préparait à ouvrir son entreprise.

J’admire les gens qui osent ! Alors, je lui ai proposé de tenir, de façon anonyme et sans détailler son activité, un carnet de bord, où elle raconte, elle se raconte, sa vie, en tant que future femme chef d’entreprise.

Mais au fait, qu’est-ce qu’être entrepreneur ? C’est d’abord être entrepreneur de sa vie ! Se battre, s’allier, construire, partager !

Nous avons pour l’instant 34 000 entreprises en Martinique !

Je croise les doigts pour que son rêve se réalise !

Allons sur les pas de cette jeune femme !

Voici la part. 6!

J’ai découvert le Martinique Workatjelly !

« Comme tout être humain, arrive le moment où l’on est juste fatigué, et mesdames, messieurs, j’y suis. Epuisée est le mot exact.

Pas de panique, je n’abandonne pas mais mon cerveau réclame le repos, et je pense qu’en phase de création c’est important de savoir se reposer et d’être à l’écoute de son corps.

Alors je continue mon avancée vers le sésame (numéro siret) qui fera de moi une chef d’entreprise mais un peu au ralenti en ce moment. 

A part ça, j’ai malgré tout cela rencontrer des gens formidables, appris des choses géniales durant ces derniers jours. Notamment notre tchipie préférée nous parlait, il y a quelques mois d’ateliers de coworking aux Antilles, donc j’ai tenté l’expérience. AMAZING

J’ai assisté, il y a quelques jours au Martinique Workatjelly. C’était tout simplement surprenant, j’y ai découvert des jeunes et moins jeunes qui sont entrepreneurs ou qui souhaitent entreprendre, des techniques et des savoirs faire insoupçonnés.

Alors je vous invite tous à participer à ce genre de manifestations au moins une fois car ça donne une ouverture d’esprit, sur le monde que l’on ne trouvera pas ailleurs.

L’exercice du pitch on fire en est le parfait reflet. Tu as 60 secondes pour te présenter et présenter ton projet. 60 SECONDES…

Cet exercice est excellent car il force à aller à l’essentiel et donc peux service dans de nombreuses situations, entretiens d’embauche, rencontres avec le job de vos rêves…

Par ailleurs, c’est également l’occasion de rencontrer des institutionnels avec lesquels on aura à travailler (CCI, CACEM, Banque, Notaire…) ou encore de découvrir le parcours d’un entrepreneur antillais installé à l’étranger, ce jour là on a discuté en visio avec Maïré Rosa de RelayshopUSA.

Voilà une journée pleine de rencontres, d’échanges et de rires aussi. J’ai découvert qu’il n’y avait pas une façon de créer son entreprise mais des façons.

Alors si je devais résumer cette semaine, c’est garder l’esprit ouvert, soyez une éponge car cela vous permettra de ne pas rater les opportunités que vous raterez si vous n’êtes pas à l’écoute.

Prochaine étape, je commence la rédaction de mon business plan, ce week end, on se tient au courant…

« Tenez-vous à l’écart des gens qui essaient de minimiser vos ambitions. Les minables font toujours ça, mais les personnes vraiment brillantes vous font sentir que vous aussi, vous pouvez devenir brillant « -. Mark Twain 

Publicités