Avez-vous déjà fait poussé une « plante-à-rêves » ?

Don't let someone who gave up on their dreams talk you out of yours.

Une vieille dame m’a demandée un jour, si je connaissais la « plante-à-rêves » ?

Elle disait qu’il n’y a rien de plus difficile que de réaliser ses rêves, pour la simple et bonne raison qu’on attend souvent que les autres les approuvent, qu’ils les encouragent à grandir, qu’ils nous donnent la force d’avancer, qu’ils nous soutiennent, qu’ils voient comme nous : que c’est possible ! Que nous pouvons rendre une idée, vivante !

Le problème c’est qu’à trop attendre de l’extérieur, ce qui devrait d’abord venir de nous… On se décourage, et, nos rêves finissent souvent réduits à l’état de poussières.

Oui madame, comme sur la photo.

poussière1

Comment rendre vivant son rêve ?

Vous êtes votre magicien. Et comme toute épopée « magique », vous aurez des obstacles.
Le plus dur quand on a un rêve est de le laisser « vivant », de le « nourrir », de le faire grandir, en acceptant qu’il prenne le temps qu’il faut.

Votre rêve est comme une graine, qui porte une vie en aile, mais qui n’a encore donné ni feuilles, ni fruits, ni fleurs. Nous pouvons « matérialiser » notre idée, du moins, donner vie à quelque chose qui représentera notre rêve. Quelque chose qui sera toujours présent devant nous, dont nous devrons prendre soin, que nous devrons protéger des intempéries, afin qu’il puisse grandir, comme doit le faire notre rêve.

Soyons créatifs !

Que dites vous d’une plante-à-rêves ?

reve

 

1) Prenez une graine, une graine de haricot rouge par exemple, que vous glisserez pendant quelques jours dans un coton imbibé d’eau. Mettez le tout dans un pot de yahourt. Quand la première racine verra le jour, plantez la graine.

Laissez votre peau à un endroit convenable : ni trop éclairé, ni trop humide.

2) Si tout ce passe bien, votre plante-à-rêves grandira.
Si quelque chose est venu contrarier son développement, elle mourra avant l’heure.

Comme tous les rêves dont vous n’avez pas pu ou n’avez pas voulu prendre soin.

Si votre plante-à-rêves meure, vous avez le choix.

Vous faites disparaître le pot et on en parle plus.
Ou alors, vous retentez votre coup.
Jusqu’à ce que vous y arriviez.

plante a reve

3) Et après ? A quoi ça sert ?
A se rappeler, à voir, à être devant notre « rêve » tous les jours, à ne pas faire comme si on avait pas vu qu’il fallait s’en occuper, à ne pas être en colère parce que ça ne va pas assez vite, mais au contraire, à se rappeler que parfois, les choses prennent du temps, et ce n’est pas parce que ça prend du temps, que ça ne réussira pas.

A se rappeler que nous sommes les seuls capables d’aider notre rêve à être vivant, et à s’épanouir.

Si nous laissons tomber, notre rêve mourra.

La vielle dame m’avait dit que, quand elle avait fait sa « plante-à-rêve », elle prenait toujours un temps pour méditer intérieurement sur elle, son projet, et elle répétait la « prière de la sérénité » :

Mon dieu donnez-moi la SÉRÉNITÉ
d’accepter les choses que je ne peux changer,

le COURAGE de changer les choses
que je peux changer
et la SAGESSE d’en connaître la différence.

Et elle rajoutait :

Mon dieu, donne-moi la force de réaliser mes rêves,

Donne-moi la force d’avancer sereinement,

De me faire ouvrir les yeux sur les bonnes personnes,

Sur les personnes qui peuvent m’apporter et me soutenir dans mon projet, dans ma vie, sur le chemin de ma réalisation personnelle.

Donne-moi la patience de faire les choses,

Donne-moi l’énergie d’aller de l’avant,

Donne-moi du répondant pour faire face,

Donne-moi l’intelligence de me reposer,

Permet-moi d’être inspirée en toute chose.

Merci infiniment.

Alors si la plante-à-rêve vous tente, GO.

Et qui sait, après en avoir pris soin ?

Peut-être que vous aurez pris soin de réaliser vos rêves, et puis encore un autre, et encore un autre…

Je vous souhaite la plus belle des réussites.

La Tchipie.