wpid-img_3450498193748

Il était une fois la petite fille qui n’aimait pas sa couleur de peau

Il était une fois la petite fille qui n’aimait pas sa couleur de peau.

Elle avait la peau Noire.
Noire ébène, comme une de ses camarades de classe lui avait dit un jour.
Noire comme le bon chocolat, lui disait son papa.
Noire « comme hier soir », lui avait dit un petit voisin agité.

La petite fille était très triste d’avoir cette couleur de peau, mais
elle ne le disait à personne. Enfin si, elle le disait à sa façon,
elle disait souvent à sa maman qu’elle souhaitait avoir des cheveux « comme elle ».

Voyez-vous, la maman de la petite fille n’était pas Noire ébène, elle
était Blanche, avec de longs cheveux.
La petite fille était jalouse des cheveux de sa maman.

« Pourquoi m’as-tu donnée des cheveux comme ça ? »
« Si j’avais des cheveux comme toi, j’aurais été belle ! »

La maman de la petite fille était désemparée.
Comment faire pour donner à sa petite fille des cheveux aussi longs qu’elle ?
La nature choisit toujours pour nous, et la maman, comme toutes les
mamans, n’avait aucun pouvoir magique pour aider sa petite fille.

La maman se plia en quatre pour que la petite fille ait des cheveux
comme elle : elle lui fit faire des tresses, des rajouts, des extensions, des tissages…
Tout ce qui était possible fut fait.

La petite fille grandissait et n’était toujours pas heureuse.

Et puis il y avait ces filles dans la classe, ces très belles filles,
aux longs cheveux, très admirées par tous les garçons de la classe.

La petite fille voulait elle aussi attirer tous les garçons de la
classe et pensait vraiment que tout ça passait par ses cheveux.

Un jour, un autre garçon agité lui dit : « le problème ce n’est pas
tes cheveux, le problème c’est toi, ta couleur de peau. Je ne sais pas
pourquoi je ne l’aime pas, je préfère aussi les filles qui ont de longs
cheveux comme des princesses. C’est plus beau. »

Ainsi la petite fille avait-elle appris, dans le regard de ce petit
garçon, qu’elle était laide.

Elle grandit avec ce couteau dans le coeur : pas les bons cheveux, pas
la bonne couleur de peau.

Pas la personne idéale.

Un jour, elle rencontra un garçon, en tomba amoureuse. Elle se
sentait belle pour la première fois de sa vie. Une de ses amies, mal
intentionnée, lui dit : « ce n’est pas parce que tu es belle, qu’il est
amoureux de toi, c’est parce qu’il est amoureux de toi, que tu te sens
belle. »

Parfois, les personnes mal-aimées sont incapables de savoir ce qu’est
l’amour vrai, alors elle dénigre ce que les autres vivent.

Quelque chose avait manqué à cette petite fille : que quelqu’un lui
dise qu’elle est belle, comme elle est.
Que la beauté, ce n’est pas avoir les traits comme-ci ou comme-ça, que
la beauté, se conjugue également avec la confiance en soi. La beauté
c’est être soi, la beauté s’exprime à travers les personnes heureuses.

La beauté c’est être pleinement soi, de façon ensoleillée.

Mais personne ne lui avait dit.
Et les seuls qui avaient toujours ouvert la bouche était ces petites
personnes qui elles-même, se sentaient… Laides d’être comme elles
sont.

La petite fille grandit, elle avait pris confiance en elle, et devient
une grande jeune femme.
Elle ne savait pas pourquoi, mais avait plein de rendez-vous avec des
jeunes hommes.
Visiblement, ses courbes plaisaient.

Un soir, l’un des prétendants lui dit : « je n’ai pas l’habitude de
fréquenter des femmes comme toi, avec cette couleur de peau… Je dois
être sincère avec toi, je prèfère les femmes à la peau… claire. »

Ce prétendant avait la même couleur de peau qu’elle. Noire ébène.

La jeune femme avait l’impression d’avoir été renvoyée à son enfance,
face au petit garçon qui lui avait dit qu’elle n’était pas belle.

Personne ne sait pourquoi, mais elle dit au jeune homme : « ce n’est
pas parce que tu ne t’aimes pas, que tu es obligé de vomir ton
mal-être sur moi, apprend à t’aimer avant de venir faire la cour à des
femmes dont la beauté te fait peur. »

Avait-il vraiment dit qu’il avait peur ?
Elle ne s’en rappelait plus vraiment, mais elle savait que dans la vie
de tous les jours, on rejette souvent les choses dont on a peur…

Elle tria ses prétendants, et un jour, rencontra un beau jeune homme
qui n’avait pas peur de sa beauté. Bien au contraire.

Elle eu 3 petites filles, 1 petit garçon. Tous de couleurs
différentes, avec des cheveux différents.

Elle ne manqua jamais de leur rappeler qu’ils sont tous beaux, et que
le plus important est qu’ils sachent s’aimer eux-mêmes, car personne
ne les aimera aussi bien…qu’eux-mêmes.

Elle leur appris également que derrière la méchanceté se cache parfois la peur…

Les préjugés…
La haine de soi..
Les secrets de famille…

Les non-dits…

La Tchipie