Il était une fois le braqueur qui arrêtait tout #NoThugLife

photo-1436367050586-7c605120bf73

Un soir, à une époque lointaine et pas si lointaine, je me suis retrouvée à être draguée par un jeune homme.

Nous avions eu l’occasion de nous croiser plusieurs fois, et à chaque fois il me disait quelque chose de gentil.

Je répondais par un éternel : « Merci ».

Un soir, un nouveau soir, je me suis retrouvée assise à parler avec lui.
Quelque chose m’intriguait chez lui : son tatouage dans le cou.
Un signe.

Je lui ai demandé ce que ça signifiait, et il a commencé à se sentir mal à l’aise.

Ça voulait dire : changement, nouveau départ.

Il avait à cette époque 21 ans, semblait en bonne santé, bien dans sa tête.
Alors nouveau départ de quoi ?
Qu’est-ce qui à cet âge fait qu’on ait envie de faire une croix sur son passé?

Je lui ai parlé de moi, ma vie et lui ai posé la question cash:
Pourquoi ce changement voulu ?

Et de fil en aiguille, il m’a expliqué qu’à une époque de sa vie, quelques années plus tôt, il avait commencé à braquer des commerces, des bijouteries.

Ils étaient 4, se faisaient jusqu’à 30 000 euros certains coups.
Un jour, un braquage a mal tourné.
L’un des gars a tiré et a arraché le bras d’un vigile.

Ils ont fui.

Nous avons gardé le silence.

Je lui ai demandé ce qu’ils ont fait de tout cet argent.

Il m’a répondu : « les voyages, les hôtels à combien d’étoiles, les restos, les fringues. On brûlait tout en un week-end.

Et après on recommencait à braquer. »

Je lui ai demandé s’il avait gardé de l’argent pour étudier, pour une formation, pour quelque chose qui lui servirait à autre chose que de sauter des conasses dans des hôtels de luxe.

Sa réponse : « rien. J’ai été con. On a tout gaspillé, et on a failli tuer un gars. Je ne veux plus de cette vie. Je reprends mes études.

Je veux devenir quelqu’un de meilleur. »

On est resté à parler là, au calme.

Souvent quand je vois des jeunes qui me parlent drogue, argent facile, rue, putes, je leur dis OK, et après?

Après que t’ait sniffé la coke?
Coké la pute ?
Après avoir mangé ton argent?

Qu’est-ce qui te reste ?

À part toi et ta douleur de vivre, ton envie de nous éblouir avec du champagne et des gros culs à MST, il n’y a rien.
Que du vide, aussi vide que tes yeux après la weed.

Je souhaite à toutes ces personnes qui ne rêvent plus et qui se détruisent elles, et leur entourage, de retrouver un jour, ce quelque chose en elles qui leur donnera le courage de prendre un nouveau départ.

Avec Amour,

La Tchipie