Enfin (sourire) ! Lettre 1 : Et si je faisais la Paix avec mon passé ?

photo-1444237236636-d7613ee9fb44
Les lecteurs ont joué le jeu et répondu au nouveau 
thème "Et si je faisais la Paix avec mon passé ?" 
Pour en savoir plus avant d'écrire votre lettre, 
cliquez ici 
LOVE.
- La Tchipie

Enfin (sourire) ! Lettre 1 : Et si je faisais la Paix avec mon passé ?

Bonjour Tchipie,
Je voulais d’abord te dire que j’ai découvert ton blog il y a très peu de temps et j’adore déjà.
Tes articles sont tellement percutants, amusant, motivants.
Merci pour cette lecture passionnante de témoignages hilarants, enivrants.
Voici ma lettre à mon passé, qu’elle soit publiée ou non merci de nous permettre de nous exprimer.
Pardon d’avance pour les fautes !
Pliss love.

Cher passé,
On dit souvent qu’il vaut mieux te laisser derrière soi, pour moi c’est le contraire, tu es devant, tu m’aides à avancer. Tu guides mes pas, tu me rappelle les erreurs à ne pas commettre à nouveau.
Le souvenir de cet homme.
Le souvenir des coups, des phrases blessantes, humiliantes…
Lui qui m’a tant fait souffrir … Lui qui me reprochait de ne pas être assez bien, assez belle, assez femme… Tout n’aurait été que ma faute ? Etait- ce moi qui le provoquais ?

Un temps j’ai culpabilisé. Aujourd’hui ce n’est plus le cas. Je ne suis coupable que d’avoir cru que mon amour le changerait.
Certains souvenirs sont durs mais ne dit-on pas que chaque erreur est une leçon.

Toi mon passé tu m’as servi de leçon, et si chaque jour je suis aussi forte et déterminée c’est grâce à toi.
C’est cette envie de ne pas retomber dans ce cercle, dans cette vie qui n’est pas une vie qui me pousse à avancer, qui me donne la force de me battre pour ce que je veux.

Je veux la liberté, je veux la paix avec moi-même, je veux m’aimer.
Je te garde dans un coin de ma tête comme une lanterne qui m’empêche de sombrer dans les moments les plus difficiles. Je me souviens alors que j’ai vécu bien pire et que j’ai réussi à m’en sortir, je me rappelle que je suis forte. Je me rappelle qu’aucun homme n’a le droit d’imposer sa violence sur moi.
Je sais maintenant que rien ne sert d’avoir honte de toi, sa ki fèt fèt. Les souvenirs ne pourront être effacés. Alors même si parfois c’est douloureux, je transforme ces souvenirs en force.

Ne plus avoir peur de se souvenir est un grand pas en avant.
Alors toi, mon passé je te remercie d’être mon passé car tu as construit ce que je suis aujourd’hui, tu guides mes pas, mais jamais plus tu ne seras mon présent.