« Autour de moi, tout le monde considère ma relation comme un conte de fée et nous voient, mon époux et moi ,comme des gens forts, unis, soudé, romantiques et bohème. Hélas, tout n’est pas vrai. »

L'email de cette jeune femme m'a déchiré le coeur. 
A ceux qui ont envie d'intervenir et de commenter, je fais appel à votre bienveillance, et à votre capacité à voir "au delà" des mots.
LOVE.
- La Tchipie

_______

Bonjour la Tchipie,

Aujourd’hui je me permet de t’écrire car j’ai déjà eu l’occasion de le faire par le passé et il est vrai que de lire les commentaires sous l’article que tu m’avais dédié m’avait fait le plus grand bien.
Il est parfois bon de partager notre vécu en tant qu’anonyme avec des gens que l’on ne connait pas car il n’y a que ceux qui nous connaissent qui peuvent porter un jugement blessant sur nos actes.
Venant d’étrangers, sa passe généralement mieux car ils ont un regard extérieur sur ce qui nous arrive et surtout ils ne jugement en fonction de qui ils pensent que nous sommes mais, belle et bien sur les faits exposés.
Ce soir, je vais te raconter un bout de mon histoire et au travers de celle là vous faire part de ma détresse.
Peut-être pourrez vous m’aidé à y voir plus clair et trouver des solutions.

Je suis mariée depuis quelques années déjà.
Autour de moi, tout le monde considère ma relation comme un conte de fée et nous voient, mon époux et moi ,comme des gens forts, unis, soudé, romantiques et bohème.
Hélas, tout n’est pas vrai même si il y a quelques temps ça l’était encore.
Mon époux et moi avons eu de nombreuses années passionnelles et fusionnelles.
Nous étions très proche et nous pensions que rien ne pourrait jamais nous séparé.
Après notre union, les gens venaient prendre conseil au près de nous et nous voyaient un peu comme des exemple à suivre et nous en étions très fière.
Malheureusement, les années passant ont fait que nous avons changé, nos vies ont prient des chemins différents.
Nous nous aimons encore mais, il y a aujourd’hui plus de disputes que de câlins.
Nos priorités ne sont plus les mêmes et nous ne faisons plus les mêmes projets d’avenir.
Je veux un enfant et lui veut de l’argent.
Je rêve de construire mon chez moi et lui se contenterait bien d’un studio dans un immeuble.
Nos passions ne collent pas ensemble et nous n’avons plus d’activités de couple.
Même le sexe devient inexistant.
Nos disputes de plus en plus violentes nous éloignent chaque jour un peu plus.
Alors, je pars, je prends ma voiture et je roule.
Je sors avec des amis.
J’évite de rentré trop tôt pour évité les conflits qui à la longue deviennent usant.

Et, un beau jour, au détour d’une ballade qui m’a conduite chez une copine, j’ai fait la connaissance du frère de celle-ci, un homme charmant qui ne m’a pas laissé insensible.
Je ne me chercherai pas d’excuses en écrivant que c’est par ce que mon couple bat de l’aile que j’ai craqué sur lui.
Non!
J’ai juste craqué sur lui par ce qu’il a tout de l’homme qui me ferait flashé.
Si je devais le noter, je lui donnerai la note suprême avec un bonus point en plus.
Cet homme, c’est le grand frère de ma copine donc, évidemment, solidarité féminine oblige, elle nous a mit en relation.
Sur le coup, je n’ai pas osé le contacter mais, lui, il l’a fait.
Il m’a donc fixé un rendez-vous le soir même du premier sms et nous sommes allé mangé.
Au début, c’était particulier car, nous ne nous connaissions pas alors, c’était timide.
Ce soir là, tout c’est très bien déroulé, j’ai même eu doit à un premier baisé des plus doux, romantique et inatendu.
Comme dans les films mais, je vous épargne les détails car, je voudrais garder ça pour moi.
Suite à ce rendez-vous, nous nous sommes vu très régulièrement.
Un jour, lors d’une réunion de famille, j’ai appris qu’il est le cousin de mon mari.
Croyez moi sa jette un froid.
Suite à ça nous avons tenté de moins nous voir mais, rien y fait, l’amour était déjà installé.
Un amour si fort que, quand il est loin de moi, j’en ai le souffle coupé.
Je me sens vide, comme une personne malade en manque de traitement.
C’est physiquement et psychologiquement douloureux.
Plusieurs fois nous avons voulu mettre un frein à cette relation immorale selon… la moral.
Mais, c’est impossible, on s’aime à en perdre la raison.
Finalement, les semaines ont passé et nous avons continué de nous aimer comme des fous.
Nous sommes même parti en vacances tous les deux.
Seulement, il y a quelques jours, lors d’une de nos escapades nocturne, j’ai lu la tristesse dans son regard.
Il avait l’air si mal.
En parlant avec lui il m’a expliqué qu’il se sent en faute et que spirituellement il ne se sent plus très bien.
Qu’il sait que cette relation va devoir s’arrêté.

Sur le coup, je n’ai rien dit.
En rentrant chez moi, j’ai pris le temps de réfléchir et je lui ai écrit un e-mail de rupture qui fut pour moi un vrai déchirement.
Une douleur vive comme verser de l’acide sur une fracture ouverte.
J’ai donc rompu.
Deux jours dans ma chambre à me morfondre et à pleurer.
Personne n’en pouvait plus de me voir ainsi alors, m’a sœur l’a appelé, nous nous sommes vu et nous avons parlé.
Il est aussi mal que moi.
Aussi malheureux que moi et il dit ne pas vouloir que je sorte de sa vie.
Nous ne pouvons pas être ensemble mais, il veut que je sois son amie car il m’aime et que je suis importante pour lui.
J’essaie, je vous jure que j’essaie mais, c’est douloureux.
A chaque fois que je le regarde ou que je lui parle sans pouvoir le toucher ou lui dire que je l’aime est comme être marqué au fer chaud.

Une vraie torture.

Imaginez vous enchainé à une chaine, dans une pièce sale et humide avec un bourreau qui vient avec une tenaille vous arraché un ongle.
C’est exactement ce que je ressens à chacun de ses sourires.
Je ne sais plus quoi faire car je n’imagine pas ma vie sans lui.
Quand je me vois dans 10 ou 20 ans, il est là, près de moi.
Mon mari, lui, je ne le supporte presque plus.
C’est un supplice quand il me parle, me touche ou essai de me donner un baisé.
Je souffre dans mon couple et je souffre aussi avec mon amant/ami.
Autant dire que je suis perdu.
Peut-être ais-je obtenu ce que je mérite.
Je suis aujourd’hui une femme diminué qui à le sentiment que plus jamais elle ne pourra sourire comme avant.