« J’ai commencé l’année en complétant ma vie de femme par un nouveau rôle celui de mère et alors on se demande si on est une bonne mère… »

Life-of-Pix-free-stock-photos-beach-sand-wave-mikewilson
Fin d'année 2014, les lectrices jouent le jeu 
et répondent à la question posée sur facebook : 
"Ai-je été la meilleur femme pour moi cette année ?"
Examen de vie, riche en émotion.
LOVE.
-La Tchipie

Lectrice 1 : Ai-je été une meilleure femme pour moi ?

Bonsoir la tchipie,

Vaste sujet que tu nous proposes ce soir…
Faire un bilan de l’année passée et savoir si on a été une meilleure femme pour soi, je ne sais pas si j’ai assez de recul mais je vais essayer.

J’ai commencé l’année en complétant ma vie de femme par un nouveau rôle celui de mère et alors on se demande si on est une bonne mère…

Dans ton article tu parles du terme « bonne femme » et c’est drôle car je me bats depuis toujours contre ce terme ne souhaitant pas être associé au terme de bonne !!

Leçons de confiance
Cette année, j’ai des projets en construction qui je l’espère se concrétiseront bientôt.
J’ai fait des rencontres intéressantes, liées des amitiés plus ou moins profondes avec des gens sincères qui m’ont dit des choses qui m’ont confortée dans mes choix.
S’entendre dire que l’on doit rester soi-même et que l’on est faite pour ça, ça booste.

Mon conjoint et ma famille me pousse et me montre leur confiance en moi pour un virage a 360 degrés, ça fait du bien d’être soutenue.

Leçon de bonheur contagieux
Je dis souvent que si ton bonheur rayonne il ne peut qu’iradier ceux que tu aimes et finalement à force de travailler au corps mes proches cela porte ses fruits et ça ne fait qu’augmenter mon bonheur.

Leçon de temps pour soi
Étant jeune maman, en couple, et avec des projets, j’ai compris qu’il faut si l’on peut vivre à son propre rythme et que cela influe sur notre humeur, il faut s’accorder du temps pour soi et pour les autres sans que l’un empiète sur l’autre.
Même si je me suis pris comme réflexion que j’étais « molle », j’ai répondu que j’étais juste au rythme des Antilles, sans ce côté péjoratif mais plutôt pour expliquer que moi je prends le temps de vivre et de profiter de la vie et que je ne vais pas changer pour autrui.

J’ai continué le travail que je fais depuis plusieurs années sur moi, et je continue.

Biz la tchipie