Petit mail reçu propos de la levrette/sodomie

photo-1428948304740-392e214d312f
Une fois de plus, je fais appel à votre bienveillance afin de répondre à cette lectrice.Petit mail reçu ce  jour à propos de la levrette/sodomie. 
N'hésitez pas à lui laisser vos commentaires.
LOVE.
-La Tchipie

Chère la Tchipie,

Je réagis à ton post non spirituel, car il me parle et me fait penser à l’histoire que je vis en ce moment.

Mes visites sur Facebook sont de plus en plus espacées; j’ai réussi à modérer mon ‘addiction’ à cette page envoûtante, mais il n’est pas rare qu’en démarrant mon ordi au matin, je tombe sur des posts savoureux et que je regrette de ne pas avoir pu réagir à chaud (9h plus tard, les personnes ont quitté la conversation et sont passées à autre chose, right ? Mais je m’égare…).

Cependant, tes posts font souvent mouche !

Pour en revenir à mon histoire : je vois un certain monsieur depuis le mois de mai et celui-ci m’a très rapidement parlé de ‘sodomie’.

J’avoue que c’est une pratique que j’ai essayée, plus jeune, mais cela remonte et je ne pensais plus y avoir recours. Il me semblait être un amateur de la chose et je me suis dit pourquoi pas ? Pour pimenter nos ébats…

Seulement, je me suis vite rendu compte que pour lui c’était une addiction : il ne voulait plus que ‘ça’, ne parlait plus que de ‘ça’ et’ça’ plainait sur toute relation sexuelle normale et me mettait la pression.

Son comportement hors chambre aussi se modifiait : il devenait plus dominateur, faisait des réflexions du style « tu es une faux-cul, je le sais, car je connais bien ton cul. »

Bref, ‘ça’, combiné à des problèmes de santé répétitifs liés à ces pratiques m’ont décidée à lui bannir cette pratique once and for all forever !

Depuis (et c’est le lien avec la levrette), il ne veut plus que cette position et clairement pour lui c’est une position de domination, même s’il ne l’a pas clairement dit, moi je le ressens ainsi : je dois toujours m’imposer pour qu’on expérimente d’autres positions avec l’impression de mener une bataille.

En lui permettant de vivre son fantasme, j’ai ouvert la boîte de pandore et j’ai libéré une violence et un goût de dominer chez lui insoupçonnable (mes amis le trouvent doux et timide et moi aussi, avant de le voir transformé en obsédé du cul dans toute sa violence physique et verbale).

J’étais loin de l’imaginer moi-même, surtout venant de cet homme (50 ans, divorcé et père de trois enfants) : certains hommes ont en eux une perversion ou un manque de confiance en eux qui fait qu’ils utilisent le sexe comme exutoire de leurs frustrations ou comme moyen de se convaincre de leur pouvoir.

Cela est dommage, car pour moi c’était un jeu (dangereux certes mais un jeu mdrrr) à pratiquer occasionnellement, mais pour lui c’était peut-être autre chose (fantasme de l’homme Blanc dominant une femme Noire ? J’ai cherché à comprendre et à mettre des mots sur mon ressenti, car je ne lui ai pas encore clairement expliqué pourquoi je ne voulais plus de ‘ça’)…

Ce que je sais, c’est que ‘ça’ devenait chez lui compulsif au point que j’avais l’impression de me ‘perdre’ et de perdre mes propres limites corporelles…Il y avait un malaise et un mal être grandissants chez moi. Depuis que j’ai refusé cette pratique, j’ai comme réapproprié mon corps (qui a retrouvé ses limites).

J’attends son retour pour en parler (il est en vacances), mais je ne céderai pas, quitte à le sacrifier s’il persiste.

Si tu as une ou des réflexions là-dessus ou besoin de précisions, je suis disponible…